Horta en amerique

Exilé aux Etats-Unis durant la Grande Guerre, Victor Horta accompagné de son épouse découvre la majesté de la nature et de l’architecture américaines. Ses conceptions architecturales en seront profondément bouleversées.

 

Horta en Amérique

La Première guerre mondiale marque une cassure fondamentale dans la vie de Victor Horta. Il part à Londres en 1915 pour participer à un congrès sur la future reconstruction de la Belgique. Mais un journaliste ayant signalé sa présence, il lui est impossible de rentrer à Bruxelles. Il décide de gagner les Etats-Unis. Arrivé à New York, il est ahuri par les gratte-ciels. Le lendemain, symptomatiquement, il se fait couper la barbe : plus jamais il ne la portera, comme s’il avait tourné une page. Quatre années durant, aux Etats-Unis, il mène une vie de conférencier itinérant : tandis que Julia, sa seconde épouse, plaide la cause de la Belgique meurtrie, Horta évoque les trésors de l’art ancien.

Ce long séjour va bouleverser ses conceptions. La découverte de l’architecture américaine achève de le détacher de sa première période. Comme il l’explique dans ses Mémoires : “Mon esprit s’en est trouvé assoupli. Ce que j’aurais combattu jadis comme incompatible avec la profession de l’architecte, je le comprends depuis, et même, sous un certain angle, j’en vois l’exemple souhaitable.” Horta accepte le principe de la collaboration entre architectes et celui de la standardisation, se persuadant de la nécessité d’évoluer vers une “uniformité intelligente”. Il sent que le coût de la main d’œuvre va devenir de plus en plus lourd, et que les formes architecturales devront en tenir compte.

Julia Horta, une odyssée

C’est en accompagnant son mari à Londres que vient à Julia Horta, l’idée d’organiser quelques conférences dans son pays natal, en Suède, pour témoigner de la souffrance du peuple belge et ses enfants. Julia s’avère une excellente oratrice et conquiert les assemblées. Elle est donc investie par le gouvernement belge d’une mission caritative en Amérique. Avant son départ, désirant se rendre compte de la réalité du conflit pour témoigner de visu des horreurs de la guerre et de la vie des tranchées, elle se rend sur les fronts belges et français.

Arrivée aux États Unis, Julia Horta fonde une œuvre de charité « American Aid for Homeless Belgian Children » qui connaîtra un grand engouement. Durant sa croisade de guerre, elle donne plus de 500 conférences, atteint 600 000 personnes et réunit l’équivalent de 11 millions d’euros actuels. En 1918, épuisée, elle est envoyée en repos une semaine en clinique. C’est là qu’elle apprend la fin de la guerre.

pdfDossier_de_presse_Horta_en_Amérique.pdf

Presse :

21.02.17 RTBF - Un jour dans l'histoire 

10.02.17 Bruxelles News 

Infos

Date : 2017-01-28
Date de fin : 2017-10-01
Heure : 13:00 à 20:00
Expositions
Horta en amerique

La maison autrique

Adresse

Chaussée de Haecht 266
1030 Schaerbeek
Belgique

Heures d’ouverture

Du mercredi au dimanche,
de 12 à 18 heures
(dernière admission à 17h30).

Tarifs

Adultes : €7,00
Groupes, seniors, étudiants : €5,00
Enfants, schaerbeekois : €3,00
Article 27 : €1,25